De l’amour.

Une petite patate-coeur pour envoyer de l’amour là où la terre brûle, où la faune et la flore sont décimées, où le ciel n’est plus que fumées.

Il y a de quoi se sentir impuissant.e, horrifié.e, apeurée. En colère aussi.

Ces images insupportables vont-elles réussir à nous mobiliser pour sauver la Planète et l’humanité ?

Parfois, j’en doute très fort, et ça me met en colère. L’Amazonie, maintenant l’Australie. Sans parler des phénomènes plus « discrets » mais tout aussi inquiétants que sont les nouveaux records de températures en France et ailleurs, la fonte des glaciers, l’acidification des océans… Bref, on SAIT que ça part en vrille mais on fait quoi ?

A l’échelle de l’Histoire, nos gouvernements représenteront la honte d’un pouvoir suicidaire, à la botte des multinationales, qui n’aura pris AUCUNE décision courageuse pour relever le défi inédit qui se présentait à lui.
Parfois, je visualise les écolières et les écoliers des générations futures, découvrir dans leurs livres d’Histoire que nous étions gouverné.e.s par des cyniques incompétents, qui ont méprisé leur peuple au profit de leurs intérêts personnels. Iels auront de quoi se sentir impuissant.e.s, horrifié.e.s, apeurée.s, en colère ieles aussi. C’est la honte intersidérale.

Mais nous, en transition vers le zéro déchet, minimalistes, paysan.ne.s ou jardinier.e.s du dimanche qui font de la permaculture. Habitant.e.s d’éco-lieux, militant.e.s, entrepreneuse.r.s sociaux, artistes. Féministes, anti-racistes, écologistes… Nous, on agit. On défend chacun.e à notre manière nos valeurs et un modèle de société vertueux, inclusif, qui respecte son environnement. Nous, à notre échelle, on sera aussi dans l’Histoire. Et ça dira à ces jeunes écolières et écoliers qu’il faut toujours se battre pour ses idées et ses valeurs. Etre dans l’action, ne jamais abandonner.

C’est pour ça qu’il faut pas qu’on lâche (et qu’il faut se reposer et prendre soin de soi aussi). Même quand on se sent impuissant.e, horrifié.e, apeurée. En colère. Pour insuffler un vent de révolution chez ces futur.e.s écolières et écoliers, et leur donner envie de raconter une nouvelle Histoire !

PS : merci beaucoup de m’avoir lue… Moi qui suis « fatiguée » par l’écologie en ce moment (le post prévu initialement abordait justement cette question), je me suis trouvée des ressources en me projetant dans un avenir où les enfants n’auraient pas un cadre aussi privilégié que le nôtre pour grandir et s’épanouir. Et c’est si injuste, que ce sentiment de révolte m’a donné l’énergie de rédiger ce texte. Je vous embrasse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s