Comment j’ai vaincu ma peur de déménager (et gagné 426€)

J’ai toujours détesté l’idée de déménager. Rien que d’y penser, ça m’angoisse.

Trier, faire les cartons, appeler les copains et les copines pour filer un coup de main, gérer la logistique d’un déménagement, tout l’administratif qui va avec… Tout ça m’angoissait au plus haut point. C’est d’ailleurs certainement une des raisons pour lesquelles je suis depuis si longtemps dans le même appartement (et aussi parce qu’il est dans mon quartier d’amour et que c’est une très bonne affaire à Paris).

L’idée de bouger me paralysait totalement (vous noterez le joli paradoxe).

Je ne voyais que la montagne d’objets en tout genre à déplacer et à faire entrer dans un camion de location. Je n’avais pas du tout envie de m’imposer ça ! Alors pendant quelques temps je suis restée en mode statu quo, à essayer d’éviter de penser à ce sujet qui représentait, l’air de rien, une véritable charge mentale, et une certaine forme de privation de ma liberté (si si, je vous assure. Car le fait de ne pas me sentir « légère » m’a certainement davantage immobilisée dans un certains nombres de mes choix passés).

Et puis il y a quelques mois j’ai réalisé que si j’étais minimaliste dans mon mode de vie actuel, mon passé de non-minimaliste-qui-accumule-pas-tant-que-ça-mais-quand-même pesait toujours sur moi : il fallait que je m’engage dans un désencombrement plus profond.

Nouvel objectif : celui d’atteindre le moment où j’aurais tellement désencombrer que l’idée de déménager ne m’angoisserait plus.

C’est ainsi, motivée à en découdre (et à bouger mes fesses de cet appart avant la fin du monde) que je me suis lancée en début d’année dans ce désencombrement radical.

Voilà la liste des principales choses dont je me suis séparées depuis le printemps :

  • Guitare et ampli. Non Emilie, tu ne vas pas t’y remettre, ça fait 5 ans que tu la regardes,
  • Le clavier midi qu’un ex avait abandonné chez moi. Note pour plus tard : refuser de faire entrer les déchets des autres chez soi,
  • des cadres que je ne supportais plus (et qui obstruait mon champ visuel),
  • mes chapeaux que je ne portais pas et dont l’usage était seulement décoratif (et encombrant et inutile),
  • des caches-pots,
  • des livres que je n’ai pas aimé ou que je n’ouvrais plus,
  • de la vaisselle et des appareils électroménagers qui ne servaient jamais,
  • un meuble inutile après tant de désencombrement…
  • Et puis encore des vêtements, encore des chaussures…

C’est fou, quand on commence, on ne peut plus s’arrêter tellement on perçoit les bénéfices immédiatement !

Ce sont ces sentiments de contentement et de liberté qui apportent un bien-être immédiat. Sans oublier la fierté non négligeable que cela apporte de prendre des décisions qu’on « laissaient trainer » jusque là…

Ne négligeons pas non plus l’argent que cela peut rapporter. Cette année, j’ai gagné 426€ en revendant des vêtements et des objets dont je n’avais plus l’utilité ! L’ensemble entre Vinted pour les vêtements et AudioFranzine pour les instruments de musique

Trier et désencombrer est aussi une activité méditative. Notre cerveau est concentré sur la tâche et on entre ainsi dans ce qu’on appelle le « flow » : en psychologie, cela décrit le fait d’être totalement absorbé et concentré dans ce qu’on l’on fait, contribuant ainsi à notre sentiment de bien-être.

Evidemment, ce désencombrement je l’ai fait dans une optique de valoriser un maximum d’objets. Ceux qui étaient en bon état mais que je ne voulais pas vendre ont été donnés à ma ressourcerie (j’ai la chance d’en avoir une à 5mn à pieds de chez moi).

Mais savez-vous qu’ils peuvent aussi venir récupérer vos affaires chez vous ? Pour cela il suffit de les appeler pour prendre rendez-vous… Plus d’excuses 😉

Avant de vous laisser réfléchir à votre prochain objectif de désencombrement (ou de déménagement ^^), je vous laisse avec le ‘mercredi écologie’ #11 avec toutes les infos pour savoir quoi faire de ce dont vous vous débarrassez !

Et comme par hasard (mais je ne crois pas vraiment au hasard), c’est après ce travail important de désencombrement que j’ai pris la décision de quitter Paris dès l’an prochain. Comme si je m’étais ôté une épine du pied, qui m’empêchait d’avancer et de prendre des décisions alignée qui je suis et à quoi j’aspire aujourd’hui.

Et vous, c’est quoi votre rapport avec le fait de déménager ? Ca vous paraît simple ou au contraire compliqué ?

1 commentaire

  1. Je comprends le coté angoissant de la chose mais si ça peut te rassurer, avec la pratique, la peur se dissipe ! J’ai déménagé en mai pour changer de région. Et le stress et la charge mentale liés à l’organisation étaient bien présents mais je sais maintenant que c’est complétement gérable. Je déménage à nouveau dans une autre région.. demain ! Et là beaucoup moins de stress, tout se fait au fur et à mesure, on connait les combines à force 😉 Les périodes de déménagements sont en effet la bonne période pour faire le tri, vendre et donner. J’ai découvert de supers systèmes liés à cela. Bref, je retourne à mes cartons !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s