4 ans : Happy You ‘Un Peu Bocaux à la Folie’ !

Ce mois-ci, mon blog fête ses 4 ans. Mon premier article a été publié le 17 septembre 2015 et il appelait à voter pour l’installation de composts collectifs dans les jardins et squares parisiens… Quelques semaines plus tard, je publiais un second article sur ce même sujet : « Composter à Paris, le casse-tête ? ».

4 ans plus tard, on n’a pas vraiment progressé dans notre belle ville, puisqu’à part l’expérimentation de la collecte des biodéchets dans deux arrondissements (les 2e et 12e), c’est toujours autant la galère de composter nos bio-déchets. A moins d’avoir une solution à soi comme le lombricompost ou le bokashi.

J’ai ouvert ce blog au début de ma transition et c’était une de mes obsessions : valoriser mes épluchures et mon marc de café. Aujourd’hui, en attendant la réouverture du compost de la Maison des Ensembles, je fais du compost sauvage en squattant les poubelles mises à la disposition des marchés parisiens (#rebelle).

Si Paris est carrément à la ramasse et longue à la détente sur ces questions (il n’y a qu’à voir combien la ville est sale pour saisir qu’une certaine dé-responsabilisation collective touche la ville Lumière et ses habitant.e.s quant à la propreté et à la valorisation de tous nos déchets) j’ai de mon côté pas mal progressé. Et surtout, ma transition m’a amenée vers des chemins que je ne m’étais pas imaginée.

Plus qu’une transition, il s’agit ni plus ni moins d’une transformation.

Si grâce au blog et au témoignage de ma transition vers un mode de vie minimalisme et zéro déchet je suis devenue conférencière, coach et formatrice (allez donc voir ce que nous faisons du côté d’Objectif Zéro), il y a aussi beaucoup de choses qui ont changé. Et qui changent encore.

Réfléchir à mes réels besoins et à ce qui m’apporte du bien-être m’a amenée à faire un tri bien plus global dans ma vie : je me suis séparée d’amitiés toxiques, j’ai appris à dire non et à poser mes limites. Désormais je sais m’écouter, prendre soin de moi et en faire une priorité (je suis ainsi une meilleure personne pour moi-même mais aussi pour les autres). J’ai appris à écouter ma voix intérieure plutôt que le bruit autour.

Je suis une hypersensible introvertie. Autant vous dire que je ne rentre pas dans les cases de la société dans laquelle on vit ! J’aspire au calme quand il faut avoir sans cesse l’air débordée. J’ai besoin de solitude pour préserver mon équilibre à l’heure où il faudrait avoir honte d’elle et être sans cesse entourée. Je préfère l’intimité d’une discussion profonde plutôt qu’appartenir à un groupe où l’individualité de chacun.e n’est pas toujours respectée.

Pas facile d’être complètement soi-même quand la société nous laisse penser qu’il faut suivre une direction pour être acceptée et aimée.

Mais c’est en me connectant à moi-même et à mes besoins profonds que j’ai justement réussi à m’épanouir, au-delà des injonctions de la société.

Je me suis également découverte féministe et m’investis pour un monde meilleur pour toutes et tous, sans discrimination aucune. Je me suis également reconnectée à ma spiritualité pour prendre la distance nécessaire et tenter de dompter mon hyper-sensibilité en incrustant de la sagesse dans ma philosophie de vie.

Dernier grand bouleversement : j’ai décidé de quitter Paris en 2020 pour me rapprocher de la nature et de mes origines.

Tout cela, j’en suis convaincue, ne se serait pas passé ainsi si je n’avais pas fait ce travail difficile et inconfortable qu’est de partir à la quête de soi. Et pour cela, je serai éternellement reconnaissante envers ce mouvement que j’ai vu se développer, alors que nous n’étions que quelques blogueuses et blogueurs à parler de zéro déchet.

Cela aussi ça a changé en 4 ans. Maintenant le zéro déchet est un phénomène de mode, et si je m’en réjouis globalement, je suis aussi lasse de voir que le réflexe de sur-consommer touche aussi ce secteur et que la hype parisienne n’a pas pu s’empêcher d’en récupérer les codes pour s’offrir une fenêtre de visibilité.

Pour fêter ces 4 années ensemble et vous remercie de me lire, de votre fidélité et de vos petits mots, je vous ai sélectionné mes articles préférés 😍

Et vous que vous apporte votre transition, au-delà de diminuer votre impact sur l’environnement ?

2 commentaires

  1. Heureux 4 ans alors 🙂 Merci d’inspirer et d’insuffler ce énergie du changement !
    Pour le compost à Paris, j’avais trouvé un square dans le 14eme où on pouvait déposer son compost, mais à l’époque j’habitais dans le 15ème et devoir prendre le métro avec mon compost, j’avoue que j’ai lâché l’affaire à force :/
    Qu’est ce que la maison des ensembles ?
    Pour répondre à ta question, ma transition a été une quête vers moi, vers l’essentiel, c’est ce que tu décris. En focalisant sur tout ça on se découvre et on réalise ce qui compte vraiment pour nous. Cela rend heureux. Léger. Meilleur !
    Pour quel coin de nature pars-tu 🙂 ?
    Belle journée !

    J'aime

    1. Oh merci pour ton message ❤
      La maison des ensembles c'est une association de quartier type maison des jeunes, proche le marché d'Aligre dans le 12e. Leur compost est HS depuis le début de l'été…
      Tu peux tester les poubelles des marchés, si tu veux te prendre pour une pirate :-p
      Moi je fonctionne comme ça en attendant la ré-ouverture du mien…
      Je dirai bientôt où je pars #suspens
      Hehe 😉
      Bonne soirée !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s