Dans mon bocal

Discussion autour du féminisme et de l’écologie

Quelques jours après la journée internationale des droits des femmes et avant les élections françaises, alors que certains candidats veulent remettre en question les droits des femmes, le moment est bien choisi pour parler féminisme.

Quel sens cela a-t-il pour moi ? Pourquoi je trouve important d’en parler ici ? Pourquoi l’écologie et le féminisme sont liés ?

feminisme
Illustration : Clémentine du Pontavice

Parce que nous devrions tous être féministes

Et je n’ai pas dit « toutes » 😉
Aujourd’hui, ça résonne comme une évidence : nous devrions tous être féministes (ça marche aussi avec ‘écolos’ hein). Plus que jamais, parce que de toute part, dans nos pays libres, riches et modernes, les droits des femmes sont régulièrement mis à mal, tout comme l’est la préservation de l’environnement.

Aujourd’hui comme hier, être féministe c’est revendiquer l’égalité entre les femmes et les hommes. Ce qui me semble être tout à fait légitime, vous ne trouvez pas ?

Parce que c’est encore un sujet tabou

Victime d’une image négative, le mot continue de faire peur, d’être perçu de manière négative.

Et je m’en rends bien compte dans la vie de tous les jours. Quand j’expose mon point de vue ou que je parle simplement de féminisme, je perçois souvent une forme de rejet de la part de mes interlocuteurs, hommes ou femmes d’ailleurs. Un jour une amie m’a dit : « Attention Emilie, ce n’est pas en étant féministe qu’on trouve un mec ! »  L’absurdité de cette phrase m’avait laissée muette.

Mais ce malaise m’a jusqu’à maintenant trop souvent freiné à exprimer mon point de vue. Et avant d’affirmer mon féminisme, je suis passée par plusieurs étapes, que vous avez peut-être aussi connu, ou que vous traversez actuellement.

Aussi loin que je me souvienne, durant mon adolescence, je détestais le mot ‘féminisme’.
Je l’associais aux discours haineux, notamment envers les hommes, d’associations comme ‘les chiennes de Garde’.
Je me rappelle avoir été choquée par certains de leur propos, quand elles affirmaient que les femmes européennes et les femmes afghanes menaient le même combat. Nous ne sommes pas l’égal des hommes mais de là à nous comparer aux femmes afghanes, je trouvais ça très démagogiques à l’époque.
Et même si nous devons être solidaires entre femmes et que le combat de toutes les femmes me touchent, j’avais le sentiment qu’elles se servaient des causes de ces femmes pour servir leurs discours violents envers les hommes. Dans lequel je ne me retrouvais pas du tout.

A une époque, j’ai vraiment cru que le féminisme était un combat anti-homme, ce en quoi je ne me reconnaissais pas du tout, trouvant absurde la volonté de reproduire les mêmes injustices sur autrui.
Et puis comme pour toutes les causes, je me suis aperçue que différents mouvements existaient (ce qui explique d’ailleurs la difficulté d’unification au sein du féminisme, mais c’est un autre débat). Et que les médias de masse nous montraient peut-être seulement ce qu’ils voulaient bien…

Il est donc important de dire que le féminisme est avant tout synonyme d’humanité, et du droit pour toutes et tous d’être libres, d’être traité avec respect et égalité.

Le féminisme, c’est la liberté de tout le monde.

Parce que le sexisme est partout

Dans les publicités (voir le dernier scandale des affiches Yves Saint-Laurent), dans la politique, au travail, dans la rue… Le sexisme a encore de beaux jours devant lui. Et je me refuse à penser que c’est une fatalité. Je veux croire et espérer que les petites filles d’aujourd’hui seront plus en sécurité que nous ne l’avons jamais été. Et encore plus depuis que je suis la « belle-maman » de deux adorables fillettes.

Parce qu’une femme, c’est tous les jours ou presque qu’elle est confrontée au sexisme.
Depuis bientôt 15 ans que je travaille (#coupdevieux) et 3 que je suis freelance, je suis confrontée quasi quotidiennement à des remarques ou attitudes sexistes, qui j’en suis convaincue m’oblige à être plus persuasive et combattante qu’un homme. Cet article affligeant illustre d’ailleurs parfaitement mes propos.

Parce que féminisme & écologie sont liés

C’est au gré de lectures et de recherches que j’ai découvert l’écoféminisme, dans lequel j’ai totalement retrouvé ma manière d’appréhender le féminisme : comme un tout qui fait sens avec l’écologie. Françoise d’Eaubonne, femme de lettres française du XXème siècle, en est à l’origine.

Selon l’écoféminisme, la défense des droits des femmes doit aller de pair avec la défense de l’écologie, d’un autre rapport aux animaux, d’une autre manière de se nourrir.

D’après Christine Bard, auteure du « Dictionnaire des féministes, France 18e-21e siècle », cette conception est appelée à se développer.
Cela fait tellement sens que je suis convaincue qu’elle a raison. Pas vous ?

Parce que c’est inspirant… Et ça fait du bien !

Depuis que je m’intéresse de plus prêt à ces sujets, je découvre des personnalités passionnantes, inspirantes, et je suis nourrie par un enthousiasme optimiste. Car ces causes sont justes, importantes, et elles changent le monde de manière positive.
Les écouter, leur donner la parole et un espace donne de l’espoir et envie d’y croire !

Aujourd’hui, je suis accroc :

  • A la newsletter hebdo (et gratuite) des Glorieuses, pour s’inspirer sans complexer.
  • Aux podcasts de la PoudreLauren Bastide reçoit une femme exceptionnelle – artiste, intellectuelle, politique – pour une conversation intime sur son parcours et son rapport à la féminité.
  • Aux podcasts Génération XX, portraits de femmes entrepreneuses qui déchirent !
  • Au collectif Nous sommes 52. 52% de la population est féminine. Nous sommes puissantes !

Et vous, quelle est votre rapport avec le féminisme ?
Connaissez-vous la notion d’écoféminisme ?

Pour aller plus loin

Simone de Beauvoir, "Le deuxième sexe" 
Christine Bard, « Dictionnaire des féministes, France 18e-21e 
siècle »
Clarrisa Pinkola Estés, "Femmes qui courent avec les loups"
Françoise d'Eaubonne, "Ecologie, féminisme : révolution ou 
mutation ?"

Pensez à votre libraire indépendant de quartier ;-)

 

Publicités

2 thoughts on “Discussion autour du féminisme et de l’écologie”

  1. Super cet article ! Je mène la même réflexion en ce moment : adopter et assumer le mot « féministe » que je rejetais il y a quelques années (et les médias en sont la cause principale).

    J’ai également découvert le chapitre sur l’écoféminisme du livre de Lionel Astruc interviewant Vandana Shiva (« Vandana Shiva, pour une désobéissance créatrice ») qui décrit bien la place des femmes dans les questions écologistes, en tant que préservatrice de la vie 🙂

    Merci pour les références livres, podcasts et newsletters auxquelles je m’abonne de ce pas !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s