Non classé

Le tri hybride #2 : le papier (et dans ma tête)

Depuis le temps que je devais publier cet article ! Mais je dois vous avouer quelque chose : je ne suis pas encore aller au bout de cette étape…

Vous vous en doutez, certaines contraintes paraissent plus difficiles que d’autres à surpasser. Et puis je me suis un peu éparpillée à vouloir me lancer dans la confection de ma propre lessive, à passer à la cup menstruelle (je vous en parlerai après quelques mois de transition) à supprimer le sopalin et les cotons démaquillants, etc. Je crois que j’avais envie de me concentrer sur d’autres sujets minimalistes pour ne pas me décourager.

simplebutsignificant copie

Alors non, je n’ai toujours pas trié l’ensemble de mes cosmétiques, ni ma cuisine. Et le tas de CDs à recycler est toujours dans ma chambre. Mauvaise fille que je suis.

La culpabilité & le sentiment de solitude du minimaliste en devenir

Mais c’est en regardant le reportage d’Infrarouge diffusé sur France 2, « Ma vie zéro déchet », que j’ai eu comme un déclic. Dans ce documentaire, on suit Donatien, un jeune parisien en quête d’une vie sans déchet. Malgré qu’il soit ultra motivé et impliqué, il passe par des étapes pas faciles, de gros ras le bol, notamment quand sa petite fille ne supportant pas les couches lavables l’oblige à repasser aux jetables (et à voir réapparaître le gros sac poubelle pendu à la fenêtre).
Malgré tout, ça m’a fait un bien fou : car non, je ne suis pas seule ! Et non, ce n’est pas tous les jours simples, nos habitudes étant tellement basées sur un modèle de société aux antipodes d’une vie zéro déchet. On casse, on jette, on remplace. Et c’est vraiment galère de trouver des solutions pas trop chronophages pour recycler, trier, composter, consommer sans emballage, etc. Et puis au moindre écart on a tendance à culpabiliser et penser qu’on y arrivera jamais. Pas facile, hein ?

Et finalement quand sa fille finit par s’habituer aux couches lavables et qu’il trouve une solution pour composter près de chez lui, on vit ses victoires avec lui : c’est grisant et tellement encourageant !

Alors je me suis dis qu’il fallait que je vous écrive cet article, et que j’y mette aussi un peu de ce que je ressens, car je ne suis pas la seule ! Combien de minimalistes en devenir sommes-nous, parfois impuissants devant nos déchets, parfois même incompris ou moqués par notre entourage ?  De plus en plus nombreux c’est certain !

 

Le grand tri du salon et des étagères : quelques décisions radicales

Maintenant que je vous ai dit ce que j’avais sur le coeur, je suis contente de vous montrer le travail effectué. Parce que l’air de rien, la visibilité est comme dégagée dans mon appartement, donnant une impression agréable d’espace. Une nouvelle harmonie épurée quoi 🙂

Ce moment où tu as tout rassemblé et que tu n'as plus le choix : au boulot !
Ce moment où tu as tout rassemblé et que tu n’as plus le choix : au boulot !

Faut dire que j’y suis pas allée de mains mortes. Moi qui vouais une passion pour les magazines et tenais à les conserver tous, j’ai pris un virage radical : je les ai tous jetés. Après plusieurs années d’entassement à me dire qu’un jour, c’est sûr, j’en rouvrirai quelques-uns, je me suis résolue à m’en débarrasser. Et je ne m’attendais pas à ce que ça soit si agréable à vivre comme décision. Ca fait maintenant plus d’un mois et demi, et toujours aucun regret. Idem pour les cadeaux d’ex-amoureux et les albums souvenirs avec eux. Je les avais jamais rouvert après plusieurs années, je les ai donc jetés. Ca a choqué certaines de mes amies mais finalement, ces souvenirs, je les ai dans ma tête (et dans mon disque dur, hehe).

L’autre décision radicale que j’ai prise a été de me séparer de l’intégral des saisons de Friends, ma série/addiction jusqu’à mes 25 ans (j’en regardais tous les jours pour vous dire). Ayant beaucoup vécues, les séries n’étaient plus complètes et certains DVD ultra usés, j’ai donc jeté les cartons d’emballage au recyclage et fait une pile des CDS à recycler (oui, celle qui traine toujours dans ma chambre).

Dernière décision radicale : me séparer de mes guides de voyage. C’était un peu ma fierté sur mon étagère, et j’aimais bien dire que je n’en avais même pas un pour chaque endroit où j’étais allé (oh la frimeuse !) mais quel nid à poussière et surtout, aucune utilité. AUCUNE. Allez zou, à la poubelle, car malheureusement personne (sauf si je n’ai pas suffisamment cherché) n’est intéressé par des guides vieux de plusieurs années (voire une décennie pour certains). Idem que pour le reste : aucun regret, j’ai davantage un sentiment de fierté d’avoir réussi à me débarrasser de ses souvenirs matériels. Tout est dans ma tête, dans mon coeur. Et c’est bien mieux ainsi.

Du coup, moi qui avait des livres et des magasines dans touuuus les recoins de mon appart, j’ai réussi l’exploit de les rassembler tous dans mon meuble bibliothèque. Contente de moi je suis !

Tout ce dont je me suis débarassée après 4/5h de tri.

Un jour je vous ferai peut-être de jolies photos de l’ensemble de mon appartement, mais quand il sera vraiment minimaliste 😉

Et vous, vous en êtes ou ? Ca vous dirait qu’on se rencontre dans la vraie vie pour se sentir moins seuls ?!?

Je vous souhaite de belles fêtes et vous donne rendez-vous très bientôt pour la suite de mes aventures !

Je vous embrasse. Em

Voici deux adresses utiles pour recycler ou donner vos livres, CDs et DVDs. Malheureusement, ma bibliothèque ne prend plus les livres (je ne sais pas si c'est valable pour toutes les bibli parisiennes).

La Petite Rockette
125 rue du Chemin Vert - Paris 11
www.lapetiterockette.org

Oxfam France
Pour donner une seconde vie à nos objets en bon état
www.oxfam.org

Publicités

2 thoughts on “Le tri hybride #2 : le papier (et dans ma tête)”

  1. Bonjour et bravo 😉
    Je lisais récemment que l’important n’est pas de convaincre mais de faire réfléchir. C’est dans cette vision que nous abordons aussi le zéro déchet. Du coup, on y va à notre rythme, sans culpabilisation et en cherchant petit à petit des alternatives. Par ailleurs, nous n’intégrons pas forcément le minimalisme dans notre démarche, c’est du coup peut etre plus « facile ». Et en effet, vous n’êtes pas seules 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour votre message ! Ca fait super plaisir !
      Oui, faire réfléchir plutôt que convaincre, avancer pas à pas sans culpabiliser. C’est important de ne pas agir ou penser de façon extrême pour qu’on soit de moins en moins seuls 😉
      J’aimerais vraiment faire se rencontrer des personnes comme nous pour créer une dynamique de groupe, s’échanger de bonnes pratiques ! Dans quel coin de notre joli pays vivez-vous ?

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s